EN
webzine
# 14 mars 2016

coopération

Pour l'Histoire : le procès de Mandela et des leaders de l'ANC numérisé

En ce mois de mars 2016, l'Ina remet officiellement à la République d'Afrique du Sud les derniers enregistrements sonores numérisés du procès de Nelson Mandela et des leaders de l'ANC ("Rivonia Trial" - 1963/1964). L'aboutissement de ce projet, démarré fin 2013 et portant sur un fonds inscrit au Registre "Mémoire du Monde" de l'Unesco, s'accompagne d'un partage de compétences avec le Ministère sud-africain des Arts et de la Culture.



© Ina 2015. Film tourné en 2014 et en 2015, montrant les enjeux politiques et techniques de la numérisation du "Rivonia Trial" (1963-1964). Production : Franck Podguszer.

 

Le 17 mars 2016, à Pretoria, Laurent Vallet, Président-directeur général de l’Ina, remet à Nkosinathi Emmanuel Mthethwa, Ministre des Arts et de la Culture – en présence de S.E. Madame l’Ambassadeur Elisabeth Barbier – le dernier lot numérisé des 591 Dictabelts confiés par l’Afrique du Sud à l’Ina en 2014, dans le cadre d’un accord historique de coopération signé le 20 décembre 2013 avec le Ministère sud-africain, pour la sauvegarde de la collection des enregistrements sonores du procès de Rivonia.

Lire le communiqué de presse >>

Des supports anciens nécessitant un traitement adapté

Les Dictabelts numérisés et restaurés par l'Ina (230 heures de programmes audio en tout) sont des cylindres de vinyle souple, supports d’enregistrement du procès de Rivonia qui s’est tenu à Pretoria entre octobre 1963 et juin 1964, devant la Cour suprême. Ces enregistrements sont un témoignage unique des acteurs de l'histoire de l'Afrique du Sud et sont devenus les symboles de la lutte pour les droits de l'Homme et la dignité humaine dans le monde.

 Reconnu pour son expertise dans la préservation d'archives audiovisuelles, l’Ina a mis en œuvre l’ensemble de ses savoir-faire pour sauver ce fonds exceptionnel :

> Numérisation et restauration : un chantier innovant

En partenariat étroit avec l’ENS Lyon / Laboratoire LARHRA et particulièrement avec Henri Chamoux, inventeur de l’Archéophone, lecteur permettant de relire les Dictaphones, l’Ina a engagé les chantiers de numérisation, de restauration et d'indexation de ces enregistrements sonores. Ce projet unique, compte tenu qu'il s'agissait là de supports non habituels pour l'Ina, a reçu le soutien de la FIAT (Fédération internationale des Archives de Télévision) dans le cadre de son programme « Save Your Archive ». 

> Documentation et mise à disposition du grand public : des accès en Afrique du Sud et en France

A l'issue de ces travaux, la partie sud-africaine sera libre de tout usage de ces supports numérisés et restaurés par l’Ina. Dans le cadre de sa mission de dépôt légal de l'audiovisuel, l'Institut proposera à la consultation le contenu numérisé de ces 591 Dictabelts. Chercheurs, étudiants ou enseignants de toutes disciplines pourront accéder à la totalité de cet héritage mondial dans l'ensemble des centres de consultation Ina THEQUE.

>  Formation et transfert de compétences : permettre à l'Afrique du Sud de retrouver sa mémoire

L’objectif est de permettre aux équipes du Ministère sud-africain des Arts et de la Culture d’entreprendre elles-mêmes la numérisation de sa collection de Dictabelts, estimée à plusieurs dizaines de milliers de supports. Quatre sessions de formation se tiendront entre la France et l’Afrique du Sud entre fin 2016 et début 2017. Les dispositions relatives à ce transfert de compétences sont contractualisées lors de la visite de mars 2016, par la signature d’un accord entre l’Ina et l’Afrique du Sud.